MSF urges West, Central Africa ministers to make strong call to UN on pediatric HIV

Leaders from West and Central Africa meeting today in Abidjan urged to mobilize national and international political commitment for an ambitious catch up plan to intensify the HIV response in the region

Tuesday, May 10, 2016 — PRESS RELEASE

HIV in children is a symptom of the failures of the AIDS response – MSF

Leaders from West and Central Africa urged to mobilize national and international political commitment for an ambitious catch up plan to intensify the HIV response in the region

Dakar, May 10th 2016 – As high level officials convene today in Abidjan to discuss increased access to HIV care for children, the international humanitarian organization Doctors Without Borders/Médecins Sans Frontières (MSF) welcomes this initiative confirming what its medical teams see on the ground, but warns that the dramatically low coverage of pediatric antiretroviral (ARV) in West and Central Africa is but a tragic example of a much wider problem of a lack of action on the HIV/AIDS front in regions left behind. The organization urges leaders to adopt and implement a catch up plan to increase access to ARVs for all in countries with low access to treatment.

In a report released last month “Out of focus: How millions of people in West and Central Africa are being left out of the global HIV response”, MSF highlighted the particularly low coverage of pediatric ARVs in West and Central Africa. Close to half of all children infected with HIV live in this region which accounts for only 18% of all people living with HIV in the world. Barely one in ten of those children in need there is on life-saving treatment.

“Considering that the prevention of mother-to-child infection is the strongest success story in HIV care, no child today should be born with HIV in the first place. The fact that such a disproportionate number of HIV infections in infants happen in West and Central Africa is a clear sign of the failures of the HIV response in the region. Antiretroviral treatment coverage needs to be urgently increased for all, so as to protect not only the children but also their mothers, fathers, kin and communities”, says Dr Eric Goemaere, MSF’s HIV/TB referent.

A pregnant or breastfeeding HIV+ woman on successful ARV treatment has less than 2% risk of transmitting the virus to her infant. In West and Central Africa, the high number of infections in infants is due to low access to treatment for their mothers, with just 42% of HIV-positive pregnant women receiving ARVs compared to 88% in the Eastern and Southern Africa regions.

Only 10% of infants of HIV-positive mothers in West and Central Africa are tested for HIV within two months of their birth, compared to 50% in high HIV prevalence countries of Eastern and Southern Africa. Early infant diagnosis testing is unavailable in most health facilities. Getting timely results of the limited number of tests performed is crucial to ensuring the survival of HIV infected babies; however, this has proven very difficult, either because there are not enough tests available, or because patients have to pay for them, or because inadequate transport and communication systems mean that the result takes up to six months to be received by the health care provider – with valuable time being lost to start treatment. Besides these diagnostic barriers, access to and retention on treatment is hampered by the non-availability of pediatric formulations, frequent stock outs of essential commodities, payment requirement from patients, and lack of counselling and patient support.

MSF calls on African leaders to strongly ask the UN member states gathering in the high level meeting on HIV in New York next month to urgently address the current treatment gap in West and Central Africa. The world’s commitment to accelerate the HIV response must be secured, including for those now left behind.   

“The upcoming UN high level meeting on HIV/AIDS is a unique, and perhaps the last, opportunity to close the treatment gap, not only for children but also for all people living with HIV. Governments of countries left behind the HIV/AIDS response, particularly in West and Central Africa, should seize this chance to ask loud and clear an increased commitment from the international community to intensify the HIV response for people facing a deadly treatment gap”, says Dr Mit Philips, MSF’s health policy advisor.

                                                  #################  END #################

Country examples:

Lack of testing of pregnant women to avoid their newborn being infected:

  • In Guinea, the Democratic Republic of Congo and the Central African Republic (CAR), only 11 to 16% of pregnant women are screened for HIV, meaning that undiagnosed HIV positive women remain unknowingly at risk of transmitting the virus to their infants.
  • In CAR, only half of the 119 sites offering services preventing mother-to-child transmission were functional in 2015 and over a third of these only in the capital.

Lack of early infant diagnostic (EID):

  • In CAR, an early infant diagnostic test cost 57 USD. In a country where 62% of the population live with less than $1.25 a day, this fee is unaffordable for most patients. UNICEF covers the costs for the tests but puts a cap of 500 tests to be performed nationwide each year, leaving over two thirds of the 1700 children infected each year undiagnosed and therefore very unlikely to survive.
  • In Guinea, only four sites in the country offer early infant diagnostic tests. Due to the low availability, only 7% of infants born from HIV positive mothers were screened in 2014.
  • In the DRC, only 13% of exposed children are tested for HIV overall.
  • Last August in Carnot (CAR), 56 newborns exposed to HIV were tested, but their test results never came back from the laboratory in the capital.
  • Because of the difficulties to getting results for infants, MSF teams in CAR and DRC have turned to sending their samples to laboratory outside the country to get results.

Note to editors:

The international humanitarian organization Doctors Without Borders (MSF) has been working on HIV/AIDS since the late 1990’s. It currently supports treatment for over 200,000 patients in 19 countries, primarily in Africa. This includes HIV programs and activities in West and Central Africa: DRC, Guinea, CAR, Chad, Niger and Mali as well as other countries with low ART coverage such as South Sudan, Yemen and Myanmar.

The full report is available in English here (summary) and here (full report).

West and Central Africa is composed of 25 countries: Benin, Burkina Faso, Burundi, Cameroon, Cape Verde, Central African Republic, Chad, Congo, Cote d’Ivoire, Democratic Republic of the Congo, Equatorial Guinea, Gabon, Gambia, Ghana, Guinea, Guinea-Bissau, Liberia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, São Tomé and Príncipe, Senegal, Sierra Leone, Togo

VIH chez les enfants : un symptôme des échecs dans la lutte contre la maladie

Les dirigeants d’Afrique de l’Ouest et du Centre appelés à mobiliser les acteurs nationaux et internationaux pour intensifier la lutte contre le VIH/SIDA dans la région.

Dakar, le 10 mai 2016 – Alors qu’une réunion de haut niveau se tient aujourd’hui à Abidjan pour aborder la question de l’accès au traitement du VIH pour les enfants, Médecins Sans Frontières (MSF) salue cette initiative qui soulève un problème majeur dont ses équipes médicales sont témoins, mais souligne également que les taux terriblement bas de couverture en traitements antirétroviraux (ARV) pédiatriques en Afrique de l’Ouest et du Centre sont avant tout représentatifs du manque d’action existant dans la lutte contre le VIH/sida dans la région. MSF demande ainsi l’adoption d’un plan de rattrapage visant à augmenter l’accès aux ARV dans les pays où l’accès aux traitements est faible.

Dans un rapport publié le mois dernier intitulé « Le Prix de l’oubli – Des millions de personnes en Afrique occidentale et centrale restent en marge de la lutte mondiale contre le VIH », MSF soulignait le manque d’accès aux ARV pédiatriques qui prévaut dans ces pays. Près de la moitié des enfants infectés par le VIH vivent dans cette région qui ne compte pourtant que moins de 18% de toutes les personnes séropositives au monde. A peine un enfant sur dix ayant besoin d’un traitement dans la région le reçoit effectivement.  

« Vu que le succès des mesures de prévention de la transmission entre la mère et l’enfant est l’une des plus grosses victoires dans le domaine du VIH, plus aucun enfant ne devrait naître infecté par cette maladie. Le fait que près de la moitié des infections chez les nourrissons ait lieu en Afrique de l’Ouest et du Centre, où ne vivent pourtant que 18% des personnes séropositives, témoigne des échecs de la lutte contre le sida dans cette région. La disponibilité de traitements antirétroviraux doit drastiquement s’élargir, pour non seulement protéger les enfants mais aussi leurs mères, pères, familles et communautés », rappelle le Dr Eric Goemaere, référent VIH /tuberculose pour MSF.

Une femme infectée suivant avec succès son traitement, qu’elle soit enceinte ou allaitante, a moins de 2% de risques de transmettre le virus à son enfant. Alors que 88% des femmes enceintes vivant avec le VIH dans les régions les plus touchées d’Afrique de l’Est et Australe sont sous traitement, seules 42% de celle vivant en Afrique de l’Ouest et du Centre sont sous ARV, ce qui explique le nombre élevé d’infections de bébés.

Dans cette zone, seulement 10% des nourrissons de mères infectées par le VIH sont testés dans leurs deux premiers mois de vie, alors qu’on atteint environ 50% dans les pays à forte prévalence de la maladie comme en Afrique de l’Est et Australe. Les tests de diagnostic précoces chez les nourrissons ne sont pas disponibles dans la plupart des structures de santé. Obtenir ces résultats rapidement est essentiel pour assurer la survie des nourrissons infectés, mais de nombreuses barrières existent qui reculent ou empêchent l’initiation rapide des bébés sous traitement : insuffisance du nombre de tests, coût financier ou encore délai dans l’obtention du résultat qui parvient au professionnel de santé plusieurs mois après que le test a été effectué à cause des problèmes de transport et d’acheminement.

En plus des problèmes de diagnostic, l’accès au traitement est également problématique : formulations pédiatriques pas toujours disponibles, fréquentes ruptures de stocks de produits essentiels, coût du traitement demandé au patient, ou encore manque de conseils et soutien des patients.

MSF appelle les dirigeants africains se réunissant à New York le mois prochain à l’occasion d’une rencontre de haut niveau sur le VIH à demander fermement aux Etats membres des Nations Unies de s’engager à réduire ces manques de traitements en Afrique de l’Ouest et du Centre. Cet engagement pour accélérer la lutte contre le VIH doit être effectif, et inclure ceux qui sont déjà laissés à l’écart des succès obtenus dans la riposte contre le VIH.  

« Cette rencontre de haut niveau sur le VIH/sida est une chance unique – et peut-être la dernière – pour accélérer l’accès au traitement, non seulement pour les enfants mais pour toutes les personnes vivant avec le VIH. Les gouvernements des pays laissés pour compte dans la lutte contre le VIH, notamment ceux d’Afrique de l’Ouest et du Centre, doivent ainsi fermement demander un engagement plus important de la communauté internationale pour combler le retard pris dans l’accès au traitement », affirme le Dr Mit Philips, spécialiste des politiques de santé pour MSF.

EXEMPLES

Manque de tests des femmes enceintes afin d’éviter l’infection de nouveau-nés :

-En Guinée, République du Congo (RDC) ou République Centrafricaine (RCA), seules entre 11 et 16% de femmes enceinte sont testées pour le VIH, ce qui signifie que de nombreuses femmes, dans l’ignorance de leur statut, demeurent à risque de transmettre le virus à leur enfant.

-En RCA, seule la moitié des 119 sites offrant des services de prévention de la transmission de la mère à l’enfant sont aujourd’hui fonctionnels. Un tiers de ceux-ci sont concentrés dans la capitale Bangui.

Manque de dépistage précoce du VIH chez les nourrissons :

-En RCA, un test de dépistage précoce coûte 57 dollars. Dans un pays où près de 62% de la population vit avec moins de 1,25 dollars par jour, ce prix est pour la majorité inabordable. UNICEF prend en charge 500 tests par an, mais 1700 enfants sont infectés chaque année. Près des deux-tiers des enfants infectés ne sont donc pas diagnostiqués, et ont peu de chances de survivre.

-En Guinée, seulement quatre sites dans tout le pays disposent de ce service de dépistage précoce chez les enfants. Seulement 7% des enfants nés de mères séropositives ont été testés en 2014.

-En RDC, seulement 13% des enfants exposés au VIH sont testés.

-L’année dernière à Carnot (RCA), 56 nouveau-nés exposés au VIH ont été testés, mais les résultats des tests ne sont jamais revenus du laboratoire basé dans la capitale du pays.

-Au vu des difficultés d’obtenir les résultats des tests pour les nouveau-nés, les équipes de MSF en RDC et en RCA ont décidé d’envoyer leurs échantillons en dehors du pays.

Notes aux éditeurs:

Médecins Sans Frontières (MSF) travaille dans le domaine du VIH/sida depuis la fin des années 1990. Dans ses projets, près de 200 000 personnes sont ainsi prises en charge pour le VIH dans 19 pays, principalement en Afrique. En Afrique de l’Ouest et du Centre, MSF a développé des projets en RDC, Guinée, RCA, Tchad, Niger et Mali ainsi que dans d’autres pays ayant une basse prévalence comme au Sud Soudan, Yémen et Myanmar.

Le rapport complet est disponible en français ici et son résumé ici.

L’Afrique de l’Ouest et du Centre est composée de 25 pays : Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Cap Vert, République Centrafricaine, République du Congo, Côte d’Ivoire, République Démocratique du Congo, Guinée Equatoriale, Gabon, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Libéria, Mali, Mauritanie, Niger, Nigéria, São Tomé and Príncipe, Sénégal, Sierra Leone, Togo.